Au fil des saisons

LA SÈVE DE BOULEAU: MÉNAGE DE PRINTEMPS DE L’ORGANISME

Le bouleau: symbole de renouveau et de purification

Dans la tradition celtique, le bouleau est considéré comme l’arbre de lumière. Son écorce blanche y est sans doute pour quelque chose. Le bouleau symbolise le renouveau, le retour de la lumière et les jours qui rallongent au printemps. C’est d’ailleurs l’arbre qui initie le calendrier celtique. Le bouleau est en effet un arbre pionnier, c’est-à-dire qu’il prépare le sol pour que d’autres espèces puissent s’y installer par la suite. Il est d’ailleurs l’un des premiers arbres à réinvestir un sol après un incendie ou une tempête.

D’un point de vue médicinal, on se réfère aux espèces Betula pendula ou Betula verrucosa. En phytothérapie, on utilise aussi bien ses feuilles, ses bourgeons ainsi que son écorce, mais ici nous allons nous intéresser plus spécifiquement à sa sève. Utilisée de manière ancestrale par les populations nordiques, la sève de bouleau est un incontournable du printemps. Associé à la couleur blanche et à la purification, le bouleau nous aide à éliminer les toxines accumulées pendant l’hiver par son action diurétique.

Le bouleau, arbre symbolisant le renouveau et la pureté chez les Celtes.

Une récolte à la fin de l’hiver

Celle-ci est directement récoltée à partir du tronc de l’arbre au début du mois de mars, lorsque la sève est montante et juste avant l’apparition des feuilles. On prend bien soin d’effectuer ce prélèvement sur des arbres qui ont atteint un certain âge et dont le tronc est suffisamment développé. Il est nécessaire de connaitre les procédés à mettre en place afin de ne pas épuiser ou infliger une trop grande souffrance à l’arbre. De même qu’il faut connaitre les gestes à effectuer pour la récolter, il faut aussi savoir reboucher correctement l’entaille faite sur le tronc afin qu’elle ne favorise pas l’apparition de parasites.

La sève contient des sucres et de nombreux oligoéléments (potassium, magnésium, silicium, zinc, calcium, manganèse…) en quantité différentes selon la qualité du sol sur lequel a poussé l’arbre. Elle contient également des acides aminés et des principes actifs anti-inflammatoires.

La sève est récoltée à la fin de l’hiver, avant que les feuilles ne sortent.

Une action dépurative et vitalisante

On la préconise en cure de printemps pour apporter des minéraux qui ont l’avantage d’être bien assimilés par notre organisme, et favoriser l’élimination. Le grand avantage de la sève de bouleau est qu’elle possède une action à la fois dépurative et vitalisante. Lorsque l’on utilise un diurétique, l’organisme perd beaucoup d’eau et de minéraux. Si l’on ne contrebalance pas en apportant des minéraux à notre corps, cela peut aboutir à une déminéralisation et donc à une plus grande fatigue. Voilà l’intérêt majeur de cette cure : elle a un effet drainant mais sa teneur en minéraux et oligoéléments permet également de stimuler et reminéraliser l’organisme.

Comme elle favorise le fonctionnement des reins, qu’elle aide à l’évacuation des acides, on la conseille aux personnes souffrant de douleurs dues à l’accumulation d’acide urique comme l’arthrose, l’arthrite ou les rhumatismes… Elle améliore également la santé de la peau qui a tendance à prendre le relais des autres émonctoires du corps lorsque ceux-ci sont débordés, ce qui peut entraîner de l’eczéma ou de l’acné.

Comment la consommer ?

On conseille de consommer la sève de bouleau fraiche et non pasteurisée. L’idéal étant la prise d’un demi à un verre (soit environ 25 cl) le matin à jeun pendant une période de 21 jours. On ne conseille pas sa prise le soir car son action diurétique pourrait vous faire vous relever la nuit. Pendant la première semaine de cure, vous pouvez noter des effets secondaires comme des urines plus odorantes ou plus fréquentes, ou encore des petits boutons sur la peau. C’est bon signe car l’organisme élimine ses toxines ! Si vous n’observez que très peu de changements, c’est que votre hygiène de vie est bonne et que votre organisme n’a pas tant de déchets à évacuer.

En parallèle de la cure et pour en maximiser ses effets, il est conseillé d’adopter une alimentation pauvre en toxines, saine et légère. On diminue donc la viande rouge, l’alcool, le café, le sucre raffiné, les produits laitiers d’origine animale… Pour privilégier l’apport de bons lipides, de légumes notamment les légumes verts et d’aliments cuits de manière douce.

La sève se conserve au frais dans un récipient bien hermétique. Il est important de la consommer rapidement avant qu’elle ne perde sa stabilité. Afin d’éviter les risques de fermentation de la sève, le Dr Valnet conseillait d’y ajouter 4 à 5 clous de girofle par litre.

La sève de bouleau est déconseillée en cas d’allergie au pollen de bouleau, en cours de grossesse ou d’allaitement, ainsi que pour les enfants ou personnes souffrant de maladies graves.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.